Mots-clés

, , ,

Qui a dressé le plan ? Qui a déterminé les espaces ?

Je suis allé visiter le cimetière de Notre-Dame de la Guadalupe à San Miguel de Allende. Le genre d’endroit que les gens ont tendance à oublier ou négliger, sauf au Mexique où les cimetières sont très fréquentés, surtout par ceux qui ont des origines indigènes. Le contraste est flagrant avec les autres cimetières d’Amérique du Nord. Icic, ils vénèrent le souvenir de leurs morts d’une manière autre. Plutôt qu’évoquer la tristesse de la perte, ils rappelent la joie de la vie que les disparus ont vécu.

À la grande différence des cimetières occidentaux, ils ont un air souriant. Je dirais que ces cimetières sont vivants… Ils ont un air de capharnaüm qui peut nous sembler incompatible avec la mort. Plein de fleurs naturelles qu’on peut acheter dans un kiosque installé à l’entrée. Pour ceux qui ne peuvent venir régulièrement pour faire l’entretien et décorer leur lot, les fleurs artificielles font l’affaire. Les lots sont souvent délimités par les clotures de fer qui ajoutent à l’étrangeté. Le monument est souvent construit par des membres de la famille qui laissent aller leur imagination qui déborde régulièrement dans le mauvais goût extrême.

Je pourrais écrire longuement sur le sujet, mais encore une fois, les images parlent d’elles-mêmes…

Advertisements