Mots-clés

, , , , , , ,

Je cadre ma photo et, soudainement, elle m’offre une moue superbe. Clic.

À San Miguel de Allende comme partout ailleurs en Amérique Latine, les centres commerciaux modernes n’existent que dans les grandes villes, mais même dans celles-ci pullulent les marchés. Ces endroits sont fréquentés principalement par les gens du quartier et ceux des campagnes, le dimanche.
Leur surface est souvent imposante, comme le Tianguis du Mardi qui couvre presque un kilomètre de long.

On y trouve de tout. Des vêtements pour toute la famille, des bottes et souliers, des objets de quincaillerie, de la nourriture, des fruits, légumes ou viandes, des films et jeux CD et DVD (tous des copies), des téléviseurs, chaînes stéréo, des meubles, etc. Tout. Le grand magasin général des gens normaux dont le revenu moyen varie entre 4 et 8000 $ US/année.

Les deux principaux marchés publics de SMA sont le Tianguis et le mercado San Juan de Dios. J’avoue avoir un faible pour le deuxième. Toujours des toiles et des bouts de tôle pour se protéger. Un peu plus propre. Mais je l’aime surtout ses petits oratoires à la Virgen Maria de la Guadalupe que les Mexicains vénèrent tout particulièrement.

Maria de la Guadalupe, patronne du Mexique

Dernier arrivé.

Le plus grand oratoire du marché couvre la surface de deux locaux. Tout a été construit et décoré par les marchands. Toutes les plantes et fleurs sont naturelles.

Cet oratoire se veut le plus chic et le mieux entretenu.

Quel étalage surprenant! Au lieu de perdre l’espace, la marchande voisine double son étalage.

Pendant que les parents travaillent, les enfants regardent un film sur l’ordi

Advertisements