Mots-clés

, , , , ,

Une rangée bâtiment du 18° siècle au coeur du Centro historico

Une rangée de bâtiments du 18° siècle au coeur du Centro historico

Toujours Guanajuato… pardon !

Pourquoi encore ? Parce qu’elle exerce une sérieuse emprise sur mon esprit; cette ville m’envoûte.

Une énigme de la géométrie dans l’espace. Le chaos, malgré sa définition, engendre ici une harmonie très particulière. Un plan urbain organique. Des artères et des veines. Une fourmillière.

Mon gagne-pain fut la photo architecturale. Par conséquent, je ressens le nirvana dans cette ville où tout mérite une photo. Les formes, les couleurs, les lumières m’assaillent et déclenchent mon instinct de chasseur d’images.

Les images d’aujourd’hui suivent et diffèrent à la fois des publications précédentes. Surtout la dernière…

Ces rues sont empruntées par des véhicules qui vous rasent de près.

Ces rues sont empruntées par des véhicules qui vous rasent de près.

Dans chaque rue étroite, le mur qui reçoit le soleil éclaire le mur d'en face avec sa couleur

Dans chaque rue étroite, le mur qui reçoit le soleil éclaire le mur d’en face avec sa couleur qui devient l’ambiance du lieu.

Une autre belle «callejon», ruelle sans issue. Le jeu des couleurs et des verticales.

Une autre belle «callejon», ruelle sans issue. Le jeu des couleurs et des verticales. Pensez-vous déménager ?

Le garnd-père descend les marches dans un agencement de couleurs exceptionnel.

Un grand-père qui parlait seul descend les marches dans un agencement de couleurs exceptionnel.

J'ai vu le mur d'abord et ensuite j'ai remarqué les deux dames…

J’ai vu le mur de pierre d’abord, inusité à Guanajuato, et ensuite j’ai remarqué les deux dames… Que se content-elles ?

Les tags ont envahi la planète sauf les icebergs.

Les tags ont envahi la planète sauf les icebergs.

Décrépi, mais en ordre.

Décrépi, mais en ordre. Depuis longtemps.

Une rue impossible. Tout est vrai et tout est faux. Des journées de travail à me faire plaisir. Pour créer des images de rêve, de surnaturel.

Une image impossible d’une rue impossible. Tout est vrai et tout est faux. Quand la photo et la peinture se conjuguent. Plusieurs journées de travail à me faire plaisir. J’adore créer ces images improbables… l’imaginaire, le rêve, l’irréalisme.

Pour une rare fois, je vous joins l'original…

Pour une rare fois, je vous joins l’original…

Advertisements