Mots-clés

, , ,

Chaque année, la communauté indigène de la Valle del maiz à San Miguel organise la bataille de la Sainte-Croix. Mais qu’est-ce donc ? Des Mexicains qui font la fête et se déchaînent, selon mon ami Steve.

L’évènement est pris très au sérieux parce qu’il est le symbole de leur résistance à l’invasion espagnole. Ils n’ont jamais capitulé !

Sans aucune subvention externe, ils rassemblent ± 500 participants et 3-4000 spectateurs. Commence la procession avec une multitude de personnes de tout âge qui dansent au rythme des tambours. Ensuite arrivent les guerriers indiens et les soldats qui ont un canon avec eux.

Le scénario est le suivant : Pendant plus d’une heure, les 100 guerriers indiens attaquent les soldats qui se défendent avec leur canon. Donc, il faut saisir le symbole de l’envahisseur. Naturellement, au Mexique, les Indiens gagnent toujours.

La foule forme un cercle de 400 mètres de diamètre et encourage les participants à s’entretuer, le tout dans la bonne humeur et le rire général.

Le sol, où se déroule la bataille, couvert par des centimètres de terre sèche, tourmenté par des bourrasques de vent, emplit totalement l’air. Nous sommes dans un nuage, je ne vois plus à travers mes lunettes et je souffle aux 30 secondes sur ma lentille. Un cinglé de l’organisation pose des bombes de papier de 15 cm sur le sol et les détonations finissent par nous assourdir.

De futures infirmières circulent pour panser les égratignures et distribuer du liquide aux guerriers essouflés. Une ambulance attend un éventuel bras cassé. La bière coule à flot.

La Sainte-Croix dans tout ça ? Personne ne s’en souvient…

Voici une série d’images sans prétention.

Advertisements