Mots-clés

, , , , ,

Dès l'aube, les marchands s'installent pour la journée qui se termine à la noirceur.

Dès l’aube, les marchands s’installent pour leur journée de travail qui se termine à la noirceur.

Le jour se lève à San Miguel de Allende.

Tôt le matin, les rues sont désertes. Quelques personnes font leurs courses chez les vendeurs qui s’installent librement un peu partout sur les trottoirs, mais toujours au même endroit. Ce matin, le ciel était incertain comme depuis 2 semaines parce que la saison des pluies s’étire, mais finalement le soleil a défoncé la masse nuageuse.

Une caractéristique qui ressort aujourd’hui et qui surprend tous les visiteurs à San Miguel de Allende, c’est la couleur des habitations de la ville. Intensité, vivacité. Les couleurs sont pures. Le jaune, l’orange et le rouge dominent. Un peu comme si on exprimait le soleil et la chaleur dans la couleur des murs.

Je suis parti ce matin et je me suis promené dans ma ville. Voici ma journée photo.

Elle semble s'écrouler, mais elle marche toute la journée à travers le Centro. Elle porte toujours les mêmes vêtements.

Elle semble s’écrouler, mais elle marche toute la journée à travers le Centro. Elle porte toujours les mêmes vêtements.

Je la regardais de l'autre côté de la rue et je la trouvait très noble, les yeux plein de sagesse.

Je la regardais de l’autre côté de la rue et je la trouvait très noble, les yeux plein de sagesse. Un visage plein de signification.

Le jour se lève et les couleurs ressortent avant l'apparition du soleil.

Le jour se lève et les couleurs ressortent avant l’apparition du soleil. Les couleurs sont authentiques.

J'ai une fixation sur ces images qui peuvent sembler absurdes, mais qui décrivent exactement l'endroit où je vis.

J’ai une fixation sur ces images qui peuvent sembler absurdes, mais qui décrivent exactement l’endroit où je vis.

Le soleil a crevé les nuages et rase les vieilles façades. Nous sommes dans le haut d'une pente comme tout San Miguel bâti sur quelques collines.

Le soleil a crevé les nuages et rase les vieilles façades. Nous sommes dans le haut d’une pente comme tout San Miguel qui est bâti sur quelques collines.

 

Les artisanes et vendeuses de muñecas sont toutes vêtues de leur costume traditionnel. Toutefois, j'émets un doute sur les bas.

Les artisanes et vendeuses de muñecas sont toutes vêtues de leur costume traditionnel. Toutefois, j’émets un doute sur les bas.

 

Je n'ai pas résisté quand ma caméra s'est retournée d'elle-même vers ce mur.

Je n’ai pas résisté quand ma caméra s’est retournée d’elle-même vers ce mur. La décrépitude lui confère toute sa valeur. J’ai volontairement conservé le panneau «colors» au centre, seul repère temporel.

Je marchais vers eux. J'ai vu le chien monter sur la jolie demoiselle et se vautrer dans ses bras. Il émettait de gros couinements pour se faire caresser. Quelle violence tout de même !

L’anecdote du jour… Je marchais vers eux. J’ai vu le chien monter sur la jolie demoiselle et se vautrer dans ses bras. Il émettait de gros couinements pour se faire caresser, la langue pendante. Quelle violence tout de même !

 

Advertisements