Mots-clés

, , ,

Les couleurs sont réelles ! J'ai simplement assombri l'image. Fusion de 3 images.

Les couleurs sont réelles ! J’ai simplement assombri l’image. Fusion de 3 images.

Je retourne assidument dans certains endroits qui ont provoqué de bonnes émotions et la vallée de la Joya en fait partie. J’avais visité l’endroit pendant la saison sèche et j’ai présenté dans deux autres blogs =
https://michelpellerin.wordpress.com/2013/05/18/montagnes-mexicaines/
https://michelpellerin.wordpress.com/2013/02/11/poesie-difficile/.

J’y suis retourné parce que la saison des pluies se termine et je voulais voir le contraste. J’ai passé un après-midi exaltant à savourer ce paysage et je lui ai voué ma fidélité pour les années à venir.

Face à cette verdure résiliente et ces formations géologiques, il n’est d’aucune utilité de vouloir les décrire avec des mots. Je m’assoyais et je m’imprégnais.

Une image différente du même endroit.

Une image différente du même endroit.

La couche de terre arable disparait avec les orages.

La couche de terre arable disparait avec les orages.

131004 V. Joya 16Ici encore un orage violent a crevassé le sol.

131004 V. Joya 14Un arbre veut pousser !

131004 V. Joya 13Au bas du roc stérile, on peut apercevoir des cosmos qui ajoutent un peu de couleur.

131004 V. Joya 9Je comprends qu’on ait peuplé l’endroit tout comme je comprends qu’on l’ait déserté. 131004 V. Joya 15Tout en haut à 2800 mètres, les tagetes sauvages et les cosmos procurent un peu de couleur pendant quelques semaines avant le retour de la sécheresse.

Advertisements