Mots-clés

, , , ,

J'aurais voulu acheter sa brouette…

J’aurais voulu acheter sa brouette…

J’avais publié un blog sur Bernal en février et je partage aujourd’hui d’autres images du même endroit. Un autre «pueblo magico» que je traduirais par «lieu enchanteur».

Le soleil n’était pas de la partie cette fois-ci, mais j’ai regardé avec des yeux différents.

Une scène vide, mais pleine de sens. Que s'est-il dit sur ce banc ? On y a ri et pleuré.

Une scène vide, mais pleine de sens. Que s’est-il dit sur ce banc ? On y a ri et pleuré.

Eux aussi existent. La dame prenait bien soin.

Eux aussi existent. La dame en prenait bien soin.

Une découverte. Pleine concentration.

Une découverte. Pleine concentration.

Un sommeil profond dans les bras de sa mère, marchande sur un trottoir.

Un sommeil profond dans les bras de sa mère, marchande sur un trottoir.

Politiquement incorrect au Nord, mais ici…

Politiquement incorrect au Nord, mais ici…

Une cour intérieure.

Une cour intérieure.

Les moulures et décorations sont toutes faites de plâtre et peintes à la main.

Les moulures et décorations sont toutes faites de plâtre et peintes à la main.

Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω Ω

J’entendais au loin une flute et des coups de baguette sur un tambourin.L’air était simple et le rythme banal, mais pourtant, ma curiosité s’est éveillée et j’ai marché vers l’origine de la mélodie.

Une porte s’ouvrait sur un petit oratoire intérieur. Une jeune indienne appuyée sur la chambranle écoutait un homme mûr qui jouait un air ancien sur sa flute.

Lui aussi était indien par ses traits, sa posture et son air sérieux; complètement concentré sur l’hommage qu’il rendait à un de ses dieux à qui il a dit quelques mots en langue indienne.

Cette petite scène m’a touché dans sa simplicité, sa vérité et sa noblesse.

Une porte s’ouvrait sur un petit oratoire intérieur. Une jeune indienne appuyée sur la chambranle écoutait un homme mûr qui jouait un air ancien sur sa flute.

La jeune indienne écoute un homme mûr qui joue un air ancien sur sa flute après avoir déposé son chapeau à ses pieds.

Un vieil Indien, sérieux et concentré, joue de la flute et crée un rythme avec son tambourin. Il rend hommage à une vieille divinité préhispanique.

Un vieil Indien, sérieux et concentré rend hommage à une vieille divinité préhispanique.

Malgré tous les efforts de l’Église catholique, les religions préhispaniques n’ont pas disparu; au contraire, elles se manifestent partout encore.

Pour simplifier la compréhension du phénomène, on peut dire que le panthéon indien est toujours présent, mais que maintenant, les dieux portent un nom catholique. On a substitué les noms sans rien changer aux vieilles croyances.

Advertisements