Mots-clés

, , , , ,

Dans une image comme celle-ci, les formes, lumière, textures et couleurs constituent le sujet. Il ne s'agit plus de passer un message, mais de provoquer une impression.

Dans une image comme celle-ci, les formes, lumière, textures et couleurs constituent le sujet. Il ne s’agit plus de passer un message, mais de provoquer une impression.

Pourquoi retourner toujours aux mêmes endroits quand il y en aurait tant d’autres à explorer ? Je réponds = parce que… Appelez un psy !

Parce que je ne sais quoi répondre. Je parle à d’autres photographes et, chacun, nous avons nos lieux fétiches. Ils viennent nous chercher dans nos tripes et nous inspirent.

Cet endroit dont j’ai fait quelques publications (8 juin, 19 août, 25 août 2012 et 14 août 2013) m’appelait mentalement et j’ai suivi mes instincts. À mon grand bonheur, je voyais d’autres images. Une simple bâtisse tout en maçonnerie et inachevée que d’autres quitteraient au bout de cinq minutes.

Ai-je besoin de mentionner mes obsessions, mon côté compulsif et autres traits de caractère ? Maladies aux yeux de certains, outils essentiels pour les artistes.

La géométrie dans les compositions et cadrages, ainsi que la lumière et les textures des sujets me ravissent. La combinaison des éléments nous rapproche de l’abstraction et de la peinture. Je vois ces images agrandies à 60 x 80 cm sur des murs de couleur.

Encore une fois, je me suis fait plaisir.

Amateurs de photo : Les retouches sont minimales. L’équilibre final provient des fonctions de niveaux, courbes, contraste seulement dans Photoshop.

Tout est dans l'angle de prise de vue. Lumière rasante, rectangle trapèze  et courbe. Minimalisme.

Tout est dans l’angle de prise de vue. Lumière rasante, rectangle trapèze et courbe. Minimalisme.

La composition et je cadrage sont réalisés dès la prise de vue. Une photo noir et blanc en couleur.

La composition et le cadrage sont réalisés dès la prise de vue. Une photo noir et blanc en couleur.

Le jeu des ombres. Ce n'est plus un escalier.

Le jeu des ombres. Ce n’est plus un escalier.

Deux yeux vous regardent.

Deux yeux vous regardent.

Même sujet, seulement un léger changement d'angle et un peu recul. On revient à la réalité.

Même sujet, seulement un léger changement d’angle et un peu recul. On revient à la réalité.

Pourquoi pas ? Un minimalisme un peu zen. La beauté dans la simplicité.

Pourquoi pas ? Un minimalisme un peu zen. La beauté dans la simplicité.

Il suffit de peu pour dépasser la réalité et entrer dans l'ailleurs.

Il suffit de peu pour dépasser la réalité et entrer dans l’ailleurs.

Advertisements