Mots-clés

, ,

Les nuages laiteux s'accrochaient aux cimes de 2500 mètres.

Les nuages laiteux s’accrochaient aux cimes de 2500 mètres.

Mon ami Steve m’a amené au bout du monde vendredi dernier. Après une heure de route, on tourne à gauche. Le chemin est en gravier sablonneux, raviné de part en part, on saute sur nos sièges, on se cogne la tête au plafond. Une piste d’une seule voie à flanc de montagne sur le bord de précipices de 700-1000 mètres… pendant 1.30 heure chronométré. 

Tout d’un coup, au milieu de nulle part, un champ à gauche et une maison, nous sommes arrivés. Je cherchais le village. Las Palmas, ne cherchez pas sur Google, compte 278 habitants. Même pas d’église, au Mexique faut le faire ! Quelque 50 maisons simples éparpillées sur le grand plateau cerné de hauts sommets. Pas d’eau courante, pas d’égout, pas de frigo, pas de téléphone, pas d’internet, pas de télé, pas de cellulaire, pas de médecin, aucun commerce, rien. Dans les maisons sommaires, un poêle à gaz et un feu dans le mur se côtoient.

Dans ce pueblito, ils n’ont besoin de personne. Ils sont autosuffisants. L’argent a peu de valeur. La ville la plus proche, San Luiz de la Paz est à presque 2 heures de distance. Difficile à imaginer pour un Occidental. Et quand 3 photographes nord-américains sont arrivés tout d’un coup, la nouvelle s’est transportée à la vitesse de l’éclair. 

Le motif de la visite était qu’une grande fête avait lieu le 15 mai en l’honneur d’un saint quelconque. Les musiciens, les danseurs, la procession… mais cette année, la procession consistait en 31 personnes, porteurs de statues inclus. L’orchestre se composait d’une jeune fille au tambour et les danseurs de quelques jeunes filles. Bref… rien. Mais les 75 personnes rassemblées festoyaient à leur manière.

J’ai vu des gens heureux et bien dans leur peau. Accueillants, mais un peu timides, ils nous ont tous salués. On leur a répondu aimablement. Le temps humide et la pluie, m’ont forcé à focaliser sur le seul sujet intéressant, eux.

Je vous présente des photos réalistes, naturelles; j’ai voulu rendre authentiquement ce que j’ai vu et vécu au cours de cette journée au bout du monde.

Nous sommes au coeur du village.

Nous sommes au coeur du village.

Voici l'ensemble des participants à la procession.

Voici l’ensemble des participants à la procession.

Une poupée de 4 ans. Une déesse. Elles me font craquer.

Une poupée de 4 ans. Une déesse. Elles me font craquer.

Il m'a demandé de le prendre en photo avec sa fille. Rien ne sert de courir quand on se le fait offrir.

Il m’a demandé de le prendre en photo avec sa fille. Rien ne sert de courir quand on se le fait offrir.

Beaucoup à raconter. Elle est allée à la ville, elle.

Beaucoup à raconter. Elle est allée à la ville, elle.

Heureuse de voir des étrangers. Fière de les accueillir.

Heureuse de voir des étrangers. Fière de les accueillir.

On utilise ces boeufs pour le travail aux champs. Les équipements sont en bois.

On utilise ces boeufs pour le travail aux champs. Les équipements sont en bois.

Après l'avoir côtoyé plusieurs heures, je crois que son sourire est une crampe musculaire.

Après l’avoir côtoyé plusieurs heures, je crois que son sourire est une crampe musculaire.

Que se passe-t'il ?

Que se passe-t’il ?

Il m'a fallu deux heures avant de réussir ce seul cliché. Quelle gueule !

Il m’a fallu deux heures avant de réussir un seul cliché de lui. Quelle gueule !

Advertisements