Mots-clés

, , ,

Il y a la première impression. Ensuite, on détaille l'image. Une encyclopédie cet endroit.

Il y a la première impression. Ensuite, on détaille l’image. Une encyclopédie cet endroit.

Un endroit sordide

À San Miguel de Allende, sur la rue Mesones, il y a un bar. Appelons cela un bar. 2 tables, 4 chaises, un comptoir, un petit frigo et des posters ou photos de Marylin Monroe un peu partout.

Le proprio, qui a été jeune jadis, a une fixation sur Marylin. Il lui a érigé un temple. Pour renforcer son obsession, elle est morte avant de vieillir et cela lui a évité le sort de Brigitte Bardot, la désillusion.

Je suis persuadé que rien n’a changé, que rien n’a été repeint sauf la toilette. Les bouteilles d’alcool ont de l’âge, seule la bière est relativement fraîche. Ne demandez pas un verre, mieux vaut boire à la bouteille.

C’est minuscule 3.5 x 3.5 mètres, c’est sale, ça sent mauvais et on ressent une impression étrange lorsqu’on entre dans ce lieu. On recule dans le temps et il y a une odeur diabolique qui émane du lieu. Au Québec, on appelle cela un trou.

Venez faire un tour au Gato Negro…

Dans la cage d'escalier que découvre-t'on ? Une Marylin qui ne semble pas sortie du lit.

Dans la cage d’escalier que découvre-t’on ? Une Marylin qui ne semble pas sortie du lit.

En voulez-vous des Marylin ?

En voulez-vous des Marylin ?

Un vieux poster et une chaise renversée. J'aimais la combinaison. Asurde.

Un vieux poster et une chaise renversée. J’aimais la combinaison. Asurde.

Une toilette anachronique. Un mur moderne, une reproduction de lampe du XIX° siècle et Marylin.

Une toilette anachronique. Un mur moderne(?), une reproduction de lampe du XIX° siècle et Marylin.

Un beau Elvis, un banjo à une seule corde et une chaudière bleue. Je n'ai plus de mots.

Un beau Elvis, un banjo à une seule corde et une chaudière bleue. Je n’ai plus de mots.

Il s'ennuie et il regarde encore sa Marylin.

Il s’ennuie et il regarde encore sa Marylin.

Advertisements